L’angoisse de la page blanche taraude bon nombre des entrepreneurs avec lesquels je travaille…. parfois par manque de temps ou parce que leur café était froid ce matin là ou encore (et c’est plus courant) parce que l’inspiration semble avoir pris des RTT un peu prolongés. Certains se demandent même si l’inspiration n’est pas partie en vol d’essai sur Mars avant même l’envoi des premières navettes…

En fouillant un peu (Nez Truffier oblige) et en me regardant un peu l’écran de plus près (le carnet de notes ça marche aussi), je me suis rendue compte que l’inspiration n’a jamais été un souci pour moi. Même durant mes années universitaires, j’arrivais toujours à dire quelque chose sur un sujet…

En 6ème, j’avais un prof de français qui nous a donné une rédaction par semaine… étrangement j’y mettais des loups à chaque fois…. et même à 12 ans, je noircissais facilement deux ou trois copies sans souci…

En 3ème, je faisais des concours d’écriture avec mon meilleur ami où chacun devait continuer une histoire à partir des écrits de l’autre (chacun écrit deux pages et l’autre doit enchainer). Si vous ne l’avez jamais testé, lancez vous c’est super drôle.

Durant mes vacances au lycée, j’ai écrit des romans policiers, des poèmes et même une pièce de théatre…. Rendue à l’université, j’ai toujours beaucoup écrit au point de finir l’exploit de terminer la rédaction de ma thèse en 9 mois (corrections incluses).

Quand on sait que certains de mes collègues mettent jusqu’à 5 ans de rédaction… c’est un petit exploit dont je suis fière.

Je suis sure que vous avez saisi l’idée…. Sortez les crayons et les carnets pour prendre des notes, à défaut de fée verte, la fée inspiration pourrait vous laisser un mail dans votre ordinateur en appliquant (certaines) ou toutes les techniques que je vais vous présenter.

La visite commence tout de suite, installez vous bien!

10 manières de retrouver l'inspiration pour ne plus avoir peur de la page blanche.

Je vous accorde un point, l’inspiration pour écrire un roman n’a pas grand chose à voir avec l’inspiration ou l’idée lumineuse quand on doit rédiger un article de blog…. D’autant que notre blog est un peu notre porte d’entrée vers le dieu Google qui nous référence plus ou moins bien selon la régularité de notre dévotion envers lui.

1/ Je me concentre sur l’actualité

Vous saviez qu’il y a pratiquement une fête par jour quelque part sur la planète? Au moment où j’écris, c’est le jour du guacamole épicé! Je ne plaisante même pas, regardez ICI.

Alors si votre activité est un temps soit peu lié au calendrier, essayez de penser à ce que Noel, Thanksgiving, la Saint Valentin (renommé fête de l’angelot joufflu qui vise mal), le black Friday, la chandeleur…. peut apporter à votre lecteur et comment vous pouvez le tourner à votre avantage.

L’actualité peut aussi fournir de nombreux points de repères... Par exemple, ma dernière newsletter s’est fondée sur les résultats des élections américaines pour présenter certaines techniques de marketing/ copywriting qui peuvent être utiles aux entrepreneurs solo.

2/ Je pense aux lancements que je vais faire dans l’année

C’est une technique qui peut faire peur…. surtout si vous êtes débutant. Néanmoins, c’est tellement plus facile de remplir son calendrier éditorial quand on sait à peu près ce qu’on veut présenter comme produits à nos abonnés, ou ce qu’on a envie de mettre en place durant l’année.

Par exemple, si je veux lancer « Absolument Moi: 4 semaines pour organiser les 12 prochains mois de votre vie », il va surement être utile que je présente certains avantages, certains aspects, certaines conséquences positives de l’organisation qui pourront éventuellement donner envie à mes lecteurs de parler de mon cours en ligne (voire même de l’acheter).

3/ Je reste concentrée sur l’objectif que je me fixe pour le contenu que je dois produire

Souvent, c’est en revenant aux basiques que je trouve pratiquement sans m’en rendre compte l’inspiration pour écrire… réécrire ou reprendre un article/ une page de vente/ un message….

On a tous un style d’écriture (certains le maitrisent et le connaissent depuis longtemps, d’autres le découvrent)… Dans les deux cas, on n’écrit rarement juste pour le plaisir d’écrire…. On écrit pour:

  • éduquer notre audience: lui permettre d’envisager un problème sous un angle différent, lui présenter une ressource technique, lui donner envie d’investir du temps dans la lecture d’un pdf ou le visionnage d’une vidéo…
  • motiver notre audience: ici, on parle plutôt de résultats obtenus par nos précédents clients…. d’histoire qui peuvent donner de l’inspiration, du courage, de la motivation à franchir le pas, à se faire confiance… à tenter quelque chose de nouveau là où la peur pouvait nous terrifier
  • augmenter la taille de notre mailing list: c’est un objectif un peu différent dans le sens où on devrait toujours chercher à développer notre nombre d’abonnés (mais en période de lancement d’un nouveau produit, on peut avoir envie de produire du contenu écrit/ audio/ vidéo pour développer le nombre de personnes qui pourraient avoir besoin de notre solution)

4/ Je fais le tour des livres que je lis ou j’écoute de la musique

Le premier qui me sort qu’on ne travaille bien qu’avec de la musique classique peut ravaler sa salive et sortir de la salle….

Et d’une, chacun est libre de faire ce qu’il veut et de deux… je ne fonctionne bien qu’avec du hard rock ou des bruits de cafés bondés. Parfois, je me fais même un trip, bruits de bibliothèques britanniques parce que j’y retrouve plus que juste des bruits… ça réveille des souvenirs et des émotions dont je me nourris aussi surement que j’aime les sushis.

La musique est l’une des rares activités que le cerveau humain sait traiter en même temps qu’une autre tâche qui demande de la concentration. Si les neurosciences se mettent de notre côté, profitons en et sortons la playlist qui nous donne envie de créer (en l’occurrence d’écrire).

La lecture peut aussi avoir le même effet… même si j’ai l’impression que c’est une caractéristique un peu plus souvent présente chez les introvertis que chez les extravertis. En lisant, mon cerveau enregistre, scanne, trie, range, organise tout ce qu’il trouve et parfois les informations entrent en conflit avec ce que j’ai déjà en stock (palais mental, ça vous parle?). Du coup, je me retrouve à voir germer instantanément une idée que je m’empresse de noter et qui à toutes les chances de devenir un bon article ou un bon début de produit.

Ex: j’ai reçu un mail super gentil d’une cliente pour m’expliquer qu’elle a partagé mon prochain webinar avec ses collègues et en lisant le mail attentivement, j’ai eu l’idée de créer un produit qui leur permettrait à chacune de créer 1 site web, 2 jours, 3 étapes (nom protégé NE PAS COPIER)

5/ Je vais courir

En bonne introvertie, j’ai tendance à fuir la foule et les sports collectifs font partie de mes hantises…. Alors, la course à pied seule avec mes baskets et (oui encore) de la musique, c’est tout ce dont j’ai besoin pour changer d’air.

En courant, le cerveau (oui encore lui…) libère des endorphines qui ont tendance à déverrouiller certains aspects de notre cerveau y compris l’imagination.

Faire du sport est non seulement bon pour tous ceux qui restent longtemps assis sur une chaise de bureau mais c’est aussi un super moyen de renouveler ce qui nous trotte dans la tête sans avoir besoin d’user de moyens illégaux.

La course à pied n’est pas le seul sport qui fonctionne… la natation, l’aviron, la musculation, les arts martiaux, la boxe marchent très bien… pour les autres… le yoga, le pilates ou la méditation sur des poneys licornes roses ça marche aussi…

6/ J’écoute des podcasts

Je sais… je sais les podcasts c’est vraiment pas encore la tasse de thé des français… mais, on ne désespère pas… ça viendra bien dans quelques années… Donc si vous avez envie de prendre quelques longueurs d’avance sur vos concurrents, ça peut être un bon plan. On trouve des podcasts sur à peu près n’importe quoi… budget, marketing, business, communication, événementiel, les enfants, l’éducation… Le ciel est à peu près la seule limite. On trouve des podcasts sur Itunes (et c’est GRATUIT).

Vous pouvez aussi regarder votre sérié télé préférée et vous laisser bercer par Carrie Bradshaw et sa vie à NY… ça marche aussi. J’ai une préférence pour les trucs plus trashs mais c’est une autre histoire.

7/ J’écris sur autre chose

J’ai toujours un (ok… beaucoup plus qu’un) projet d’écriture en cours… roman, livre, poème, pièce de théatre, j’ai toujours un carnet ou un cahier dans lequel je peux jeter en vrac des idées ou continuer à écrire un chapitre quand rien ne vient…

Souvent, c’est en obligeant notre cerveau à se concentrer sur quelque chose qui nous plait qu’on débloque cette espèce d’angoisse qui nous bloque devant l’écran.

Pas besoin que ce soit un gros dérivatif, vous pouvez avoir envie d’écrire un mail à un ami, d’écrire votre liste de course, de remettre le nez dans vos souvenirs de vacances….tant que c’est une activité qui vous plait. Vous relachez la pression et votre cerveau retrouve son fonctionnement normal bien plus facilement que vous ne le croyez.

8/ Je reprends mon calendrier éditorial

On en a un peu parlé tout à l’heure, le calendrier éditorial est une sorte de réservoir à idées que je noircit dès que j’ai quelque chose qui me passe par la tête… Je note tout ce qui me vient, souvent en vrac et je fais le tri quand j’en ai besoin.

Rien de fancy là dedans, un bon vieux carnet fait très bien l’affaire ou un document dans Google Drive et vous avez tout bon! Ne sous estimez pas la qualité des idées qui viennent par hasard, souvent elles nous sauvent la mise quand on manque de temps ou qu’on n’a pas eu une idée géniale dans la dernière demie heure.

Je vais même vous avouer un truc, j’ai toujours au moins 5 articles de près dans mon blog au cas où j’aurais un empêchement et que je ne pourrais pas écrire régulièrement. Quand j’ai été malade l’an dernière, ça m’a été bien utile parce que j’ai pu les programmer et personne n’a su que ces articles avaient été ecrits plusieurs semaines auparavant.

9/ Je me souviens que je suis beaucoup plus que mon entreprise

Parlons un peu branding… oui je sais les grands mots, ça peut vous faire peur…. Non mais sérieusement… vous êtes bien plus que ce que vous donnez à voir dans votre blog… Je suis [in]fopreneur, ça ne veut pas dire que TOUTE ma vie tourne autour des mots, des messages, du copywriting et de comment transformer un message en événement cosy.

Pensez à ce que vous rend humain, à vos passions, ce qui fait que vous élevez la voix, ce qui vous révolte, ce qui vous attriste, ce qui vous faire rire, pleurer…

Par exemple, je pourrais vous écrire un article sur la difficulté d’être « hors normes » quand on est trentenaire… sur les meilleures techniques de sushis quand on veut manger sans gluten ou pourquoi je vais quitter la France pour vivre en Grande Bretagne… je pourrais aussi vous parler de ma passion pour Las Vegas, pour les chibis et les bentos ou encore vous raconter ma vie en Suisse, à Montréal…

10/ Je varie les supports

Parfois écrire est impressionnant parce qu’on oblige notre cerveau à s’exprimer dans un certain ordre et selon certaines normes… En plus, si on ne tape pas encore trop vite sur un clavier, notre cerveau pense parfois (ok souvent) plus rapidement que nos doigts ne peuvent taper sur un clavier.

Si l’écrit vous fait patauger, passez à l’audio ou à la vidéo… lancez vous dans un podcast, essayez les doodles, les vidéo façon cartoon… peu importe en fin de compte tant que vous arrivez à faire passer le message que vous avez dans la tête. Je sais, par exemple, que j’ai beaucoup plus de mal à parler un article qu’à l’écrire… ce qui ne m’empêche pas d’enregistrer ensuite des versions audio et de les diffuser…

Rappelez vous aussi que personne ne vous oblige à écrire toutes les semaines des articles de plus de 2000 mots…. Tant que vous arrivez à écrire au moins 400 mots, Google restera votre ami et vous ferez mieux la prochaine fois.

Et maintenant?

Pfiouuu… On a presque fait mieux que Prévert…. Mais on est arrivé au bout! 10 techniques pour rappeler le chemin de l’inspiration à la fugueuse en RTT prolongé. J’avoue avoir un petit faible pour le numéro 4 (d’ailleurs pendant que j’écris, j’écoute NIN et Thérion… on ne se refait pas).

Avant de vous quitter, deux infos:

  • Cet article est un peu spécial parce qu’il fait partie d’une série lancée par Gwendoline sur le thème de l’inspiration. Nous sommes 4 entrepreneurs à écrire sur le même thème et les articles seront rassemblés a posteriori.
  • J’aurai le plaisir d’animer un atelier web GRATUIT que je vous recommande très chaudement: les 3 erreurs que commettent les entrpreneurs en ligne lorsqu’ils veut bloguer en toute légalité. Mettez vous au claire avec la législation et évitez d’y laisser votre crédibilité. Pour vous inscrire, visitez le site

Vous avez essayé une ou plusieurs des techniques que je vous ai présentées, dites le moi dans les commentaires et donnez moi votre retour sur utilisation!

A très bientôt pour la suite de nos aventures. En attendant, restez vous-même, travaillez intelligemment et profitez de votre succès.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.