30 secondes pour vous présenter à un inconnu

Se présenter à un complet inconnu, ce n’est déja pas une sinécure… mais quand on le fait dans le cadre d’un pitch elevator et qu’on est un grand timide, c’est pratiquement plus agréable d’aller se faire arracher une dent de sagesse.

Que le premier introverti qui n’a jamais ressenti la frayeur du pitch elevator lève la souris??

Remettons un peu tout dans l’ordre et dans le contexte… A l’origine la présentation en 30 secondes était surtout utiliser pour faire du réseautage (à la québécoise) ou pour généralement pour augmenter la taille de votre réseau (professionnel … au cas où vous auriez envie de changer de poste et de gagner plus).

Manque de bol, cette tendance s’est développée et est devenue une sorte de monstre à plusieurs bras et avec des yeux bizarres qui nous fixent… Bref, le pitch elevator est devenu une compétence à maîtriser qu’on le veuille ou pas dans le monde de l’entreprise.

Sauf que savoir comment résumer qui on est en 30 secondes ou 45 …. soyons généreux, c’est tout sauf facile… Ca demande de la pratique et surtout ça demande de la stratégie….

Petit retour en arrière sur 2015, je vous ai beaucoup mais alors beaucoup parlé du client idéal comme base de votre entreprise. Si vous n’avez pas encore eu l’occasion de suivre le mini cours gratuit, précipitez vous pour réserver une place il m’en reste 12… en cliquant ICI

Le client idéal est cette entité avec laquelle on a envie de travailler dans notre entreprise. Cette entité a donc des besoins, des envies, des peurs, des défis qu’elle cherche à résoudre… et l’objectif de votre entreprise est de répondre à ses besoins (avec un brin de subtilité… on n’y va pas avec un bulldozer non plus…).

Ok et après?

Avoir son client idéal, c’est bien… savoir se présenter à lui c’est mieux… et c’est là qu’intervient le pitch elevator/la présentation de 30 secondes… Les deux ou trois phrases qui répondent au cruel et très régulièrement utilisé “Que faites vous dans la vie?”

 

Elle n’a l’air de rien cette phrase et pourtant elle m’a donné des sueurs froides…

Tout simplement parce que je ne savais pas quoi dire et que, lorsque je savais quoi dire, je me retrouvais avec cette impression étrange de parler chinois à des êtres pas tout à fait humains qui me dévisageaient avec de gros yeux.

Je vous plante le décor: je rentrais de Montréal avec (enfin) mon diplôme et me voila (avec le sourire en plus) en train d’essayer d’expliquer ce que je venais de passer 5 ans à faire.

Sauf que j’avais oublié quelques détails:

  1. tout le monde se fichait bien de mon diplôme, il n’intéressait que moi (snif… je t’aime bien moi, mon Doctorat…)
  2. je suis naturellement une grande introvertie (oui, c’est pas forcément une évidence quand on connaît peu mais je vous assure que j’adore passer des soirées en compagnie d’un bon livre pour recharger mes batteries)
  3. à force d’essayer, je me suis mise à être morte de trouille et à ne plus savoir comment faire…

Et comme toute universitaire de base, le premier réflexe a été de faire des recherches… façon guinea pig… chercher ce que je pouvais faire pour arrêter de bloquer bêtement sur cette question apparemment toute simple “Que faites vous dans la vie?”

 

30 secondes pour se présenter à un inconnu - pitch elevator pour les timides- Ophélie B. Consultante Relations Publiques pour les Entrepreneurs - PR Wizzard

Le moment de la révélation…

Après quelques litres de café, j’ai rassemblé mes idées et je me suis souvenue que finalement la question “que faites vous dans la vie?” renvoie à la communication de base…

Il n’y a rien de plus difficile que la communication entre les êtres humains et je suis toujours stupéfaite de la capacité de certains à se lier si rapidement et si facilement avec d’autres…

Statistiquement, c’est même un petit miracle que des êtres si différents n’en viennent pas aux mains tous les matins…

Quels sont les bénéfices d’une communication efficace?

En vrac, bien communiquer c’est transmettre un sentiment de confiance (en soi mais aussi en l’autre en lui confiant une sorte de mini CV à partir duquel il pourra choisir ou pas de continuer à nous parler)

C’est également être en mesure de créer un réseau de professionnels ou de proches qui sont “compatibles” avec nos envies, nos besoins et nos valeurs. On joue ici sur la qualité de la communication autant que sur sa fréquence.

Pour certains, communiquer est l’antichambre des rapports amoureux parce qu’on essaie d’une certaine manière à séduire l’autre (même si c’est totalement innocent et sans idée derrière la tête).  

Communiquer c’est transmettre à l’autre nos valeurs, c’est le motiver, l’encourager, l’accompagner… y compris dans le cadre du pitch elevator (c’est donner envie à votre interlocuteur de dire “Vous pourriez m’en dire plus?”)

Les caractéristiques d’un bon pitch elevator

  1. simplicité
  2. efficacité
  3. concision
  4. facile à mémoriser (au moins les éléments de base)
  5. dure entre 30 et 45 secondes
  6. se compose de 4 éléments des base (je vous en présente deux aujourd’hui et deux la semaine prochaine)
  7. est adapté à votre interlocuteur (si je parle à un entrepreneur qui veut organiser sa prochaine réunion, je vais insister sur mes capacités d’organisation, le fait que je suis entourée d’une équipe de professionnels et que mon travail lui fera économiser du temps donc de l’argent pour son entreprise)

“Un bon pitch elevator se répète encore et encore… il s’adapte à vous comme un vêtement sur mesure”

De quoi se compose la présentation en 30 secondes?

A priori, rien de bien sorcier… a priori seulement… Parce que même si tout ce qui ce conçoit clairement s’énonce clairement, il n’est pas toujours facile de faire le point sur notre activité et de le faire en toute conscience.

Prenez un papier et un crayon, il est temps de vous lancer. (Vous trouverez sur internet des dizaines d’autres techniques plus orientées marketing ou vente… Libre à vous de vous en inspirer si elles fonctionnent pour vous. Néanmoins, en optant pour une approche plus “soft” fondée sur le relationnel, j’ai découvert que le message passait mieux et que mes “inconnus” devenaient beaucoup plus rapidement des clients potentiels.)

Un bon pitch elevator est divisé en 4 morceaux. Je vais vous en présenter 2 aujourd’hui et 2 la semaine prochaine. Essayez de répondre le plus précisément possible aux deux questions parce que c’est en étant précis et ciblé que vous pourrez attirer votre clientèle idéale.

Lançons nous:

1- Qui est votre client idéal?

Si vous avez deux clients idéals ou trois… alors, vous auriez intérêt à créer un pitch elevator par type de clientèle idéale.  Listez toutes les qualités de votre client idéal pas seulement hommes ou femmes mais également ce qui les différencient.

Par exemple: vous pouvez aimer travailler avec les femmes… qui sont profs de yoga et mamans

Par exemple: vous pouvez aimer travailler avec des hommes… managers de TPE dans le domaine du BTP et qui ont plus de 45 ans

2- Que fournissez vous comme prestations/ services “uniques”?

Quand je vous parle de services “uniques”, c’est surtout pour que vous mettiez en avant vos valeurs, votre savoir faire, vos années d’expérience, votre culture ou tout autre aspect qui pourrait vous permettre de sortir du lot.

Par exemple: “J’ai rassemblé mes 12 ans de recherche en produits à télécharger, en ateliers live et en services VIP que je réalise en personne”

Montrez les bénéfices de travailler avec vous très clairement et très concrètement. Ne laissez pas votre interlocuteur dans le flou et montrez lui que vous savez de quoi vous parlez en générant des références qu’il pourra comprendre.

Conseil: éviter le langage trop technique ou les sigles qui ne sont connus que des spécialistes

Conseil 2: vous pouvez aussi donner une idée de vos années d’expérience parce que cela peut jouer sur la crédibilité que vous aurez auprès de certains publics.

En conclusion,

Ecrire une présentation est un exercice qui demande de la pratique mais qui est tout à fait réalisable si vous y allez étape par étape.

Soyez confiant dans votre capacité à résumer votre activité professionnelle. Vous êtes tout à fait capable de synthétiser qui vous êtes, ce que vous faites et comment vous le faites de manière claire et agréable.

Si le premier jet ne vous plait pas, prenez acte et recommencez!

PERSONNE n’arrive à tout gérer du premier coup (et si vous voulez une indiscrétion… Il m’a fallu 3 semaines pour préparer l’architecture de mes formations de 2016 et j’ai du faire environ 25 essais non concluants).

L’échec n’est pas une fatalité, c’est juste une expérience dont vous pouvez tirer une leçon et apprendre pour la suite.  

J’ai hâte de vous retrouver la semaine prochaine, en attendant téléchargez le kit “J’ose entreprendre en 2016”. Il est dans la barre latérale du blog et vous recevrez votre kit en PDF directement dans votre boite mail.

A la semaine prochaine!